soutien au Comité de l'Opposition du Bélarus en Français









l

Saisie du 1er novembre 2020 à la frontière Lituano Belarus



@tutbylive

@belsat_TV




La contrebande du 1er novembre



Dimanche 1er novembre 2020 une information surprenante était diffusée par le portail TUT BY : celle de la fermeture des frontières du Bélarus pour le motif de la propagation du Covid. Le Covid prétexte. Les étudiants venus de Pologne étaient refoulés, ou bloqués par une quarantaine imbécile, avec interdiction de revenir chez eux au Bélarus et ordre de répartir d'où ils venaient. Etrange autant qu'excessif. La Lituanie protestait par une note officielle de son ministre, signalée par Tut.By. Lukasencko paradait comme à son habitude en revendiquant avoir donné l'ordre du blocage frontalier sans prévenir ses voisins, notamment la Lituanie et la Pologne. Fermeture contrevenant aux accords signés avec ces pays. Et la surprise survenait le 4 novembre après 20h par la diffusion d'un communiqué du BNS (baltic news service) selon lequel un camion de contrebande de cigarettes était intercepté, par les douaniers lituaniens, vers 23h le dimanche 1er novembre à la frontière avec la Bielorussie. L'intérêt de cette nouvelle se trouve d'une part dans la cargaison saisie, plus de 500 000 cigarettes du Bélarus, sa valeur 1,5 millions d'euros, et d'autre part dans le lien avec le blocage frontalier ordonné par l'usurpateur autocrate de Minsk, le petit Alexandre Luckasencko. Le Covid sert de prétexte facile de contrebande de cigarettes pour le Bélarus. Motif de la fermeture frontalière. A ce jour il n'existait pas de lien entre la contrebande, et le pouvoir politique au Bélarus. Depuis la saisie du dimanche 1er/11/2020 ce lien existe. Bloquer la frontière, avec la Lituanie, pour laisser passer un camion de contrebande de cigarettes du Bélarus vendues par les magasins d'Etat, il fallait le faire. Lukasencka l'a fait. Désormais on sait que les prétextes officiels invoqués par le régime de Minsk cachent en réalité de sombres trafics de contrebande. Voila deux faits matériels que la Commission Européenne de Joseph Borrell devra apprécier. Et que Svéta devra prendre en compte dans ses messages, à la population du Bélarus, sur les mensonges officiels. Population assommée par la répression judiciaire, et policière ordonnée par un régime corrompu lors des défilés dominicaux de protestation.


contrebande 04-11

Les douaniers ont trouvé environ 1,5 million d'euros de cigarettes dans un camion en provenance de Biélorussie. Un envoi de cigarettes de contrebande d'une valeur d'un milliard d'euros était signalé mercredi 04 novembre par le service pénal des douanes de Lituanie. Selon le service, environ un millier de boîtes de cigarettes étaient retrouvées lors de l'inspection d'un camion Volvo arrivé au poste routier de Lavoriškės dimanche, vers 23 heures. Le Biélorusse, qui conduisait le camion, déclarait aux responsables qu'il transportait du bois de chauffage en Allemagne, mais une inspection aux rayons X du camion révélait que le bois de chauffage ne couvrait que l'extrémité de la semi-remorque - le reste était plein de boîtes de cigarettes biélorusses NZ Gold et Minsk Superslims. Au total, les douaniers trouvaient environ 500 000 paquets de cigarettes de contrebande, dont la valeur en Lituanie atteint 1,5 million d' euros. Le conducteur du tracteur est détenu par les agents et plus tard, sur décision du tribunal, arrêté pendant deux mois. Les criminels des douanes ont ouvert une enquête préliminaire sur la contrebande. Au total, les douaniers lituaniens ont arrêté plus de 14,3 millions de paquets de cigarettes de contrebande  en 2020- deux fois plus qu'en 2019.

la cargaison saisie le 1er novembre 2020 provenant du Bélarus


La raison de la fermeture des frontières n'est pas la politique (Tutby 5/11)


Loukachenko commentait sa décision de fermer les frontières. Il déclarait que la situation épidémique dans le monde d'aujourd'hui évolue selon l'un des scénarios les plus négatifs.(le prétexte commode du Covid).

- Je ne parle pas des taux d'incidence records dans la plupart des pays européens( avec l'ancrage. Et même pas un verrouillage complet dans certains pays. Il est évident que les dommages aux économies seront comme le disent de nombreux "experts", irréparables. Mais maintenant, nous ne devons plus penser à cela », déclarait Alexander Lukashenko. - Les médicaments efficaces et fiables contre le coronavirus ne sont pas encore apparus, mais il a déjà muté (le salaud) et a commencé à s'adapter aux méthodes utilisées pour le combattre. Le soi-disant nouvel espagnol prend le contrôle de l'Europe occidentale. Par conséquent, nous ne pouvions pas laisser nos frontières ouvertes pour le laisser entrer dans le pays. De plus, le pic n'a pas été surmonté en Biélorussie. Il n'y a pas de politique ici. La décision est sérieuse et restrictive. Et ceci est une solution temporaire.

Pour rappel, le 29 octobre, la Biélorussie fermait ses frontières avec les pays de l'UE et l'Ukraine pour certaines catégories de personnes.

Les personnes suivantes ne sont pas soumises à des restrictions à l’entrée par les points de contrôle au sol: les employés des missions diplomatiques et des postes consulaires; les membres des équipes de train et de locomotive de la communication ferroviaire internationale; camionneurs et certaines autres catégories de personnes.

Dans le même temps, le point de contrôle de l'aéroport national de Minsk fonctionne sans restrictions.

Les étudiants biélorusses en ont le plus souffert: nos gardes-frontières se sont simplement retournés contre eux et les ont renvoyés en Pologne ou en Lituanie. Les gars ont dû s'envoler pour leur patrie(?????). Ainsi donc le camionneur du dimanche soir était "volontaire".


Les fumeurs lituaniens soutiennent le régime de Loukachenko avec des dizaines de millions d'euros chaque année

Les passeurs lituaniens achètent des dizaines de millions d'euros chaque année de "clopes" pour soutenir le régime biélorusse, annonce ce jour 5 novembre le portail Delfi.lt. Confirmant une observation faite cet été au BNS par l'éditeur de cette adresse Marinakosel.com La distribution des fumeurs est concentrée, depuis deux ans, entre les mains de l'oligarque Alexei Oleksin, un ami de l'usurpateur de facto du Bélarus, Alexander Lukashenko. Depuis lors, l'ampleur de la contrebande a considérablement augmenté. En 2017, Loukachenko organisait une réunion avec des représentants du secteur du tabac, au cours de laquelle il annonçait que l'oligarque local A. Oleksin, par l'intermédiaire de sa société Energo-Oil, créera un réseau unifié de distribution de tabac qui vendra du tabac sur les marchés nationaux du Bélarus et étrangers, rapporte le portail Delfi.lt. Au cours de la réunion, Loukachenko reconnaissait que la demande de tabac dans le pays n'augmentait pas, mais à l'étranger, le "tableau est très différent", par conséquent, des décisions seront prises qui seront exclusivement bénéfiques à l'État du Bélarus et à son animateur. Delfi annonce, que peu de temps après, la société Oleksin devenait l'unique opérateur de vente de l'usine de tabac Neman Grodno, Energo-Oil en reprenant le réseau de plusieurs milliers de points de vente de tabac appelé Tabakerka, et ouvrait une nouvelle usine de tabac à Minsk cette année. Il n'est pas surprenant que ce développement de l'industrie du tabac biélorusse ait également affecté la Lituanie. Selon les données disponibles diffusées par Delfi.lt, deux fois plus de contrebande est observée par les douanes lituaniennes cette année que l'année dernière, et les nouveaux modes de transport sont surprenants, le train. «Malgré ces efforts (Douane lituanienne - ELTA), une cigarette sur quatre fumée en Lituanie est passée en contrebande, principalement depuis 2014 - des dizaines de millions d'euros d'acheteurs lituaniens se rendent en Biélorussie, ainsi que des passeurs», écrit le portail Delfi. Aucun paquet biélorusse n'est officiellement introduit en Lituanie à l'import. Voila un régime dictatorial qui tabasse son peuple, intoxique ses voisins en se prétendant un modèle.




Concernant le démarrage de l'exploitation de la centrale nucléaire d'Astravas

- Note de la Lituanie au Bélarus

Après le début de la production d'électricité à la centrale nucléaire d'Astrava près de la frontière lituanienne mardi, la Lituanie a déclaré qu'elle condamnait les actions de la Biélorussie, qui posent des menaces nucléaires et environnementales non seulement pour la Biélorussie ou la Lituanie, mais pour l'Europe dans son ensemble. Ceci est indiqué dans la note de protestation du ministère des Affaires étrangères (MFA) à Minsk, elle a été envoyée mercredi, a rapporté le MFA. Selon le rapport, la Biélorussie est instamment priée de suspendre l'exploitation de la centrale nucléaire jusqu'à ce que les normes les plus strictes en matière de sécurité nucléaire et d'environnement soient respectées. La note rappelle également que la centrale nucléaire d'Astrava viole les conventions internationales d'Espoo et d'Aarhus, les recommandations du processus de test de résistance de l'Union européenne (UE) n'ont pas été mises en œuvre. Après que Litgrid a enregistré mardi que la production d'électricité à la centrale nucléaire d'Astrava avait commencé, la Lituanie a immédiatement arrêté le commerce d'électricité avec la Biélorussie. Cependant, physiquement, l'électricité continuera à circuler sur le marché balte car il est en déficit. La Lituanie n'ayant pas encore approuvé une méthodologie unifiée pour le commerce trilatéral d'électricité avec la Russie, la Lettonie promet de commencer à négocier avec la Russie sur une connexion commune le 5 novembre.


Le président de la Lituanie demande à l'UE de ne pas autoriser l'arrivée d'électricité dans la centrale nucléaire d'Astrava


Le président Gitanas Nausėda a appelé les dirigeants de l'Union européenne et de la Commission européenne à prendre des mesures strictes pour mettre fin à l'exploitation dangereuse de la centrale nucléaire d'Astrava (centrale nucléaire) et pour empêcher l'importation de son électricité sur le marché de l'UE. Dans une lettre adressée à Charles Michel, président du Conseil européen, et à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, M. Nauseda a souligné la nécessité de continuer à exhorter la Biélorussie à mettre en œuvre toutes les recommandations des tests de résistance et les normes de sécurité nucléaire de l'UE, a déclaré la présidence. «Il est clairement nécessaire de prendre des mesures européennes plus efficaces pour mettre fin à l'exploitation dangereuse de la centrale nucléaire d'Astravo et protéger la santé et le bien-être des citoyens de l'UE. M. Nausėda a déclaré que le moment était particulièrement propice pour prendre des décisions qui restreindraient l'accès au marché communautaire à partir de sources non sûres de pays tiers: "J'appelle l'UE à ne pas tolérer le non-respect des normes internationales en matière de sûreté nucléaire et d'environnement à la centrale nucléaire d'Astravo et l'électricité, comme le fait la Lituanie », a déclaré G. Nausėda. Il a ajouté qu'en raison de la sécurité de la Lituanie et de la région, il continuera à chercher à soulever la question de la menace de la centrale nucléaire d'Astrava au plus haut niveau de l'UE. À l'initiative de M. Nausėda, en octobre, les dirigeants de l'UE ont exprimé une position commune sur la nécessité pour les producteurs d'électricité de l'UE d'égaliser les règles du jeu et appellent les pays tiers, dont la Biélorussie, à adhérer aux normes nucléaires et environnementales les plus élevées. Les dirigeants de l'UE ont également souligné que la sûreté et la sécurité de la centrale nucléaire d'Astrava sont une question prioritaire pour l'UE, dont la réalisation déterminera la perspective future des relations UE-Biélorussie. M. Nausėda a également attiré l'attention des chefs des institutions de l'UE sur la nécessaire réponse rapide aux situations d'urgence. Selon lui, à cet égard, la création d'un centre de recherche chimique, biologique, radiologique et nucléaire en Lituanie contribuerait à renforcer la résilience de l'UE face aux menaces de la centrale nucléaire d'Astrava. La Biélorussie a commencé mardi à produire de l'électricité à la centrale nucléaire d'Astrava, et immédiatement après, la Lituanie a cessé ses échanges d'électricité avec la Biélorussie.

faut-il détruire Astrava avec une bombe pour préserver l'Europe des radiations?


Médias:

l'UE convient de sanctions préliminaires contre 14 responsables biélorusses et Loukachenka

4 novembre 2020 à 17:35


Mercredi 4 novembre, les représentants permanents des États membres de l'UE se mettaient d'accord sur le début de la procédure de lancement des sanctions devant toucher les hauts responsables biélorusses et Alexander Lukashenko rapportaient diverses sources.


TASS, citait une source de la délégation de l'un des pays au Conseil de l'UE, rapportant que les représentants permanents des membres de l'UE décidaient d'étendre les mesures restrictives contre les dirigeants biélorusses, y compris Alexander Lukashenko: la décision sera officiellement approuvée et entrera en vigueur dans les prochains jours.

RIA Novosti rapporte également que la procédure officielle d'établissement d'une liste de sanctions est lancée, laquelle entrera en vigueur le 6 novembre.


Dans le même temps, le journaliste de Radio Liberty Rikard Yozvyak déclarait dans son Twitter que les sanctions toucheraient 14 responsables biélorusses, ainsi qu'Alyaksandr Lukashenka.

«Les ambassadeurs de l'UE viennent de donner le feu vert au gel des avoirs et à l'interdiction d'entrée pour Loukachenka + 14 autres Biélorusses. Il sera publié vendredi dans le journal officiel de l'UE », déclarait le journaliste.


Pour mémoire, le 2 octobre, l'UE publiait une liste de 40 fonctionnaires biélorusses - siloviki (représentants du ministère de l'Intérieur et du KGB) et membres de la CEC, contre lesquels des sanctions personnelles étaient prononcées, dont une interdiction d'entrée dans l'Union européenne et le gel des avoirs relevant de leur juridiction. Ensuite, Alyaksandr Loukachenka non encore inclus dans cette liste de sanctions , "car cela saperait la demande de Bruxelles d'entamer un dialogue avec l'opposition par la médiation de l'OSCE et de libérer les prisonniers politiques".

Bientôt, dans sa nouvelle déclaration , le Conseil de l’UE se déclarait prêt à introduire de nouvelles mesures restrictives à l’encontre d’organisations et de hauts fonctionnaires biélorusses, y compris Alexander Lukashenko, si la situation du pays ne s’améliorait pas.


TASS, citant une source de la délégation de l'un des pays au Conseil de l'UE, rapporte que les représentants permanents des membres de l'UE décidaient d'étendre les mesures restrictives contre les dirigeants biélorusses, y compris Alexander Lukashenko: décision officiellement approuvée avec entrée en vigueur dans les prochains jours. RIA Novosti rapporte également que la procédure officielle d'établissement d'une liste de sanctions est lancée, avec entrée en vigueur le 6 novembre.

Dans le même temps, le journaliste de Radio Liberty Rikard Yozvyak déclarait dans son Twitter que les sanctions toucheraient 14 responsables biélorusses, ainsi qu'Alyaksandr Lukashenka.

«Les ambassadeurs de l'UE viennent de donner le feu vert au gel des avoirs et à l'interdiction d'entrée pour Loukachenka + 14 autres Biélorusses. Publication vendredi dans le journal officiel de l'UE », déclarait le journaliste.

A la lumière de ces dernières informations on comprend mieux la contrebande de cigarettes.




ASTRAVA CHRONOLOGIE

5/08 CHARGEMENT RADIOACTIF SANS LICENCE et sans contrôle international

11/1O Test sans licence

07/11 mise en fonction de la centrale selon Lukasencko s'il est encore en place, l'UE décide sa destitution le 05 du mois


lire aussi pollution nucléaire observée en août lors du chargement d'Uranium


 

Sic transit opéra Mundi ad astra 007

ré-écriture claude thebaut copyright 2020 reproduction interdite©11/2020



En ligne après le 4 novembre 2020


@tutbylive

@belsat_TV