l'avenir électrique de la Baltique se joue à Astrava sur un projet russe de Rosatom

La Russie publiait un avis de recherche de Cendrillon à 16h49 le 7 octobre 2020

sous la forme d'un mail antidaté du 11 sept 1982 date de naissance de Cendrillon

un détournement des procédures interpol




Le chef de l'opposition biélorusse S. Cichanouskaya est recherché en Russie (BNS)

L'ancienne candidate à la présidentielle biélorusse Sviatlana Cichanouskaya (Cendrillon) figure sur la liste des personnes recherchées en Russie, selon le ministère de l'Intérieur russe. Selon ce document, un émail antidatén Mme Cichanouskaya est "recherchée en application d'un article du code pénal", mais ce dont elle est spécifiquement accusée n'est pas précisé. Ce qui est contraire au principe des lois régissant Interpol. Mme Cichanouskaya s'est impliquée dans des luttes politiques après que son mari Sergeï, un blogueur populaire, fut interdit de s'inscrire à l'élection présidentielle puis arrêté pour avoir prétendument conspiré afin de renverser le gouvernement. Après les élections du 9 août, officiellement écrasées par le tyran autocratique, Loukachenko, Cichanouskaya se déclarait gagnante en accusant Minsk de falsifier les bulletins de vote. Sous la pression des autorités, elle part se réfugier en Lituanie. Plusieurs pays de l'UE reconnaissent Cichanouskaya, 38 ans, comme chef de l'opposition biélorusse. Elle était reçue par le président français Emmanuel Macron en visite en Lituanie fin septembre, et par la chancelière allemande Angela Merkel hier, 6 octobre, à Berlin.


Svetlana Tikhanovskaya est mise sur la liste des personnes recherchées en Russie

Selon la méthode Putin d'intimidation psychologique afin de destabiliser

et de désigner quelqu'un aux huées pro gouvernementales et aux gémonies. Atteintes à l'estime de soi.Par la fabrication d'un faux.




Lorsqu'on lui demande si Svetlana Tikhanovskaya est recherchée sur le territoire de la Biélorussie, la représentante officielle du ministère de l'Intérieur du Bélarus Olga Chemodanova répond à TUT.BY: «Jusqu'à présent, je n'ai aucune information que je pourrais vous dire." Ce qui signifie qu'elle le sera bientôt.

Capture d'écran de la réponse de la demande du ministère des Affaires intérieures de la Fédération de Russie


Si Svetlana Tikhanovskaya apparaît sur le territoire de la Russie, elle y sera détenue. Cela ferme la porte, définitivement, à tout entretien éventuel avec Putin, sous la forme d'un refus de donner suite aux pourparlers de transfert du pouvoir à Minsk.


La note indique qu'elle est recherchée en application d'un article du Code pénal -  inconnu- Un texte inexistant. Peut-être a-t-elle été inscrite sur la liste des personnes recherchées entre les États par les autorités biélorusses, comme ce fut le cas avec le blogueur Stepan Putilo (Nexta) et l'ancien chef du Hi-Tech Park, et candidat présidentiel non enregistré, en Biélorussie Valery Tsepkalo, selon une suggestion de TUT.BY

Lorsqu'on lui demande si Svetlana Tikhanovskaya est recherchée sur le territoire de la Biélorussie, la représentante officielle du ministère de l'Intérieur du Bélarus Olga Chemodanova répond à TUT.BY: «Jusqu'à présent, je n'ai aucune information que je pourrais vous dire."

Plus tard, l'agence TASS, citant une source policière, rapportait que Tikhanovskaya était sur la liste des personnes recherchées entre les États, mais pas au niveau international - c'est-à-dire qu'elle n'était recherchée que sur le territoire de l'État de l'Union Européenne.

Au siège de Tikhanovskaya, ils ont calmement accepté les informations concernant son inclusion dans la base de recherche du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie.

«Nous ne savons pas si Svetlana a reçu un message. Et en général, cela n'a guère d'intérêt », déclarait l'Opposition de Tikhanovskaya à Interfax.


Qui est Svetlana Tikhanovskaya?

Svetlana Tikhanovskaya a participé aux dernières élections présidentielles en Biélorussie en août. Selon les données officielles, 80,1% des électeurs auraient voté pour Alyaksandr Lukashenka, tandis que Tikhanovskaya obtenait 10,1% des voix. Un invariant de Pareto modifié de 80/20 à 80/10 encore plus louche.


Le 10 août, Svetlana Tikhanovskaya, accompagnée d'un avocat, venait à la CEC avec une plainte. Après y avoir passé plusieurs heures avec des représentants d'agences gouvernementales, elle  quittait le bâtiment par une autre sortie. Dans le même temps, le chef du KGB de Biélorussie, Valery Vakulchik, déclarait que les forces de sécurité gardaient le quartier général conjoint le jour du scrutin afin d'empêcher une tentative d'assassinat (encore un faux prétexte) contre Tikhanovskaya. Le lendemain, on apprenait que la candidate à la présidence s'était réfugiée en Lituanie. Une vidéo était diffusée dans laquelle Tikhanovskaya lisait un texte sur un morceau de papier exhortant ses partisans à abandonner les manifestations de masse, mais des doutes surgissaient sur le caractère volontaire de cet appel. Ainsi après son expulsion-exil en Lituanie, pour la punir de son opposition au régime du tyran aidé par Putin, Cendrillon est désormais recherchée internationalement sur la base d'un motif imaginaire. Ce qui signifie qu'elle doit voyager accompagnée d'un avocat spécialisé en droit international pour assurer sa sécurité. Ce qui rappelle la réplique de Gabin dans le film "le Cave". "Dis toi bien que les Etats ont tous les droits, et les particuliers aucun".


Selon Tikhanovskaya, elle retournera en Biélorussie lorsqu'elle se rendra compte que sa famille et elle sont en sécurité chez elles.En attendant, Tikhanovskaya tient des réunions avec des diplomates européens et américains. Le 29 septembre, Svetlana Tikhanovskaya rencontrait le président français Emmanuel Macron lors de sa visite officielle en Lituanie. Lors de cette réunion, le chef de l'Etat lui promettait de faire tout ce qui était en son pouvoir pour aider à résoudre la crise politique en Biélorussie. Une semaine plus tard, le 6 octobre, la chancelière allemande Angela Merkel rencontrait le chef du Conseil de coordination de l'opposition biélorusse à Berlin.


S. Cichanouskaya:

Le retrait des diplomates de Minsk montre la réticence du Bélarus à maintenir des relations diplomatiques en se refermant sur l'extérieur.

L'ancienne candidate à la présidence biélorusse Sviatlana Cichanouskaya déclarait mercredi 7 octobre que la décision de plusieurs pays de l'UE, de rappeler leurs ambassadeurs de Minsk, témoignait de la réticence du Bélarus à maintenir des relations avec les pays étrangers. «Au cours des deux derniers mois, le régime indiquait clairement qu’il n’avait plus l’intention de communiquer avec le peuple biélorusse. Il montre maintenant qu'il n'a pas non plus l'intention de développer des relations de politique étrangère. Il expulse des diplomates, accuse d'autres pays de financer des manifestations et invente des négociations internationales par téléphone », écrivait Cichanouskaya sur la plateforme de correspondance Telegram. Le chef de l'opposition biélorusse faisait cette déclaration après que les États baltes et la Pologne aient retiré leurs ambassadeurs de Minsk. Selon Cichanouskaya, "toutes ces actions conduisent à la rupture des relations diplomatiques et des accords avec la Biélorussie". «Le régime est impliqué dans un blocus de politique étrangère, et essaie de nous entraîner tous ensemble dans sa chûte. Cependant, il n'y parviendra pas » Selon elle, les dirigeants européens, dont le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, "expriment leur admiration pour les Biélorusses, et sont prêts à apporter une réelle contribution à la victoire de la démocratie dans le pays". «Ils savent que la Biélorussie n'a personne détenant le pouvoir . La Biélorussie est une nation qui a déjà choisi et n'abandonnera pas son choix », selon S. Cichanouskaya. Lundi, la Lituanie et la Pologne annonçaient le retrait de leurs ambassadeurs à Minsk, en raison des tensions liées à l'élection présidentielle biélorusse contestée de l'été 2020. Au cours des deux derniers mois, le régime indiquait clairement ne pas avoir l’intention de communiquer avec le peuple biélorusse. La semaine dernière, en réponse aux sanctions de l'UE contre des fonctionnaires biélorusses liées à la fraude électorale, et à la violence contre les manifestants, Minsk prenait des mesures similaires en appelant la Lituanie et la Pologne à réduire le nombre de leurs agents diplomatiques en Biélorussie. La Lettonie, en solidarité avec la Lituanie et la Pologne, rappelait son ambassadeur en Biélorussie pour des consultations, annonçait lundi le ministre letton des Affaires étrangères, Edgaras Rinkevičius. L'Estonie faisait de même mercredi. Vilnius et Varsovie provoquèrent beaucoup d'indignation à Minsk chez le tyran, en exprimant leur soutien aux manifestations anti-gouvernementales. En Biélorussie, les manifestations de masse se succèdent chaque fin de semaine, depuis près de deux mois suite à l'élection présidentielle du 9 août, suscitant la reconnaissance de l'opposition par les pays occidentaux considèrant que ces élections sont truquées.


Capture d'écran de la réponse à la demande du ministère des Affaires intérieures de la Fédération de Russie, capture 'écran antidaté de 38 ans de la date de naissance de Svetlana Tickanovskaya est recherchée,


La Lettonie et l'Estonie ont rejoint la Lituanie, la Pologne et l'Allemagne et rappellent également leurs ambassadeurs du Bélarus.En Russie, Svetlana Tikhanovskaya mise sur la liste des personnes recherchées. Il sera nécessaire à l'Occident de faire annuler cet avis de recherche auprès d'Interpol.


Le ministre Lituanien des affaires étrangères est surpris de la décision de la Russie d'ajouter S. Cihanouskaya à la liste des personnes recherchées


A 20 heures le BNS diffusait une dépèche selon laquelle: "Le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevičius est surpris de la décision de la Russie d'ajouter le chef de l'opposition biélorusse Sviatlan Cichanouskaya à la liste des personnes recherchées". Il déclare nécessaire de vérifier si Moscou n'essaierait pas de la détenir par les canaux internationaux. «Qui a besoin de faire ça? », Affirmait mercredi à BNS le chef de la diplomatie lituanienne. Il ajoutait que, ce faisant, la Russie continue d'essayer de compromettre le Conseil de coordination. «Voici une continuation de la sous-estimation, et du compromis, du Conseil de Coordination. Voici un autre aspect, ne pas reconnaître qu'il peut être un partenaire dans le dialogue (...) C'est décevant, car le Conseil de Coordination est modéré, ni radical, ni anti-russe ». Selon le ministre, avec cette décision, la Russie montre clairement que si S. Cichanouskaja se rend en Biélorussie, ou en Russie, elle sera immédiatement détenue. L. Linkevičius prévient également que Moscou pourrait tenter de détenir S. Cichanouskaja par les voies internationales. "Il est très clair qu'elle sera détenue non seulement lors d'un voyage en Biélorussie, mais aussi en Russie, et peut-être que la Russie essaiera de le faire à sa guise, et via les canaux d'Interpol". Il faut éviter cette situation, car il ne devrait pas y avoir de perquisitions politisées. «Il faut éviter cette situation, car il ne devrait pas y avoir de recherches politisées. Cela doit être surveillé pour s'assurer que cela ne se produira pas. Elle ne voyage pas souvent, mais elle voyage toujours ». L'Objectif est de limiter les déplacements de Svetlana via interpol, afin d'insécuriser ses déplacements en restreignant ses mouvements par la menace d'une arrestation policière imminente au passage des frontières. Controler à distance ses mouvements afin de lui interdire toute communication avec l'étranger. Une réponse aux sanctions européennes du 2 octobre. Vicieux, limité mais jouable, y compris avec un avis antidaté de 38 ans. La Lituanie doit avertir Interpol qu'elle accepte Cichanouskaja sur son territoire. Bien sûr le Ministre ne dit rien à ce sujet excepté ses litanies sur le "il faut que". Rien n'interdit à la police Lituanienne, sur la base de l'avis de recherche russe d'arrêter Svetlana sur le territoire de ce pays. Il y a lieu de croire que sur la base de ces avis de recherche, les membres du Conseil de l'Opposition soient arrêtés, jetés en prison et condamnés à de longues peines privatives de liberté. Un procédé commode afin de faire obstacle aux pourparlers en vue du passage de pouvoir à Minsk. Toutefois le procédé est réversible. Rien n'interdit en effet aux pays européens d'émettre, auprès d'Interpol, des avis de recherche similaires contre Putin et son allié Lukasencko, ou quiconque, aux passages des frontières de l'Union. Bien entendu ni l'Europe, ni les Etats Unis ne le feront.





Sic transit opéra Mundi ad astra 007

ré-écriture claude thebaut copyright 2020 reproduction interdite©10/2020



len ligne le 8 octobre 2020