l'avenir électrique de la Baltique se joue à Astrava sur un projet russe de Rosatom

financé par Putin sur de l'argent russe. Est-ce un emprunt russe à l'envers pour le Kremlin?

la photo la plus émouvante de Svetlana, femme et féminine, même sans le filtre

photographique. Image où elle me fait craquer pour sa personnalité. Un peu de

douceur dans un univers de brutes. Une poitrine annonciatrice d'espoirs? Cendrillon du Bélarus!

Belarus Cinderella!




De Cendrillon à Madame Cotelette

Avant de lire la suite de ce portrait prenez d'abord connaissance de ce qu'écrivait Mme Style, Lady tut.by, première observatrice de la politicienne Svetlana Tickanowskaya, que les lituaniens tentèrent de ridiculiser en débaptisant son nom, au cours du milieu du mois d'août 2020 lors de son exil à Vilnius, en Cichanouskajos. Un français retient la finale "cajos", peu élogieuse. Svetlana n'est pas un cageot,son parcours prouve tout le contraire.


https://lady.tut.by/news/mylife/702464.html?yrwinfo=1601784356433169-814615374707153936300267-production-app-host-man-web-yp-241

copiez collez ce lien dans votre navigateur et aidez vous de Google translate


Ce premier portrait intitulé de "Cendrillon à Mme Cotelette" nécessite, pour le comprendre de connaitre le sens culinaire du mot cotelette dans la cuisine russe. Car il ne s'agit pas de fricassée de côtes de porc, mais d'une accomodation de viande hachée frite poellée. J'ai eu une femme russe-marina-et j'en parle en connaissance de cause, car elle aussi faisait frire des cotelettes, sans que ce soit au sens culinaire de ce mot en France.


Avant de débuter je dois préciser ma sensation sur le physique de Svetlana. Je trouve cette femme froide, dure, et peu féminine. Elle a une "gueule" c'est idéniable. En 2020 elle traversait des ponts pour parvenir à la personnalité actuellement construite. Certains de ces ponts se nommaient Volga Kovalkova et Marija Kalesnikova. Compagnes de campagne aujourd'hui disparues, suite aux engeances politiques du tyran de Minsk. J'ai sélectionné, dans une photothèque, des images publiques de Svetlana, les images m'ayant paru les plus "touchantes" de la femme qu'elle est devenue. Car son exil en Lituanie, à Vilnius, contribua à partir du 11 août, à faire émerger la femme politique qui n'était encore qu'une candidate "maladroite" en août 2020, selon Ekaterina Gordeeva Lady Tut.by.


1 octobre 2020 à 13:27

Ekaterina Gordeeva / LADY.TUT.BY

Lors de la rencontre entre Svetlana Tikhanovskaya et le président français Emmanuel Macron, de nombreuses femmes eurent l'attention attirée non seulement sur le fait même des négociations importantes, mais aussi sur le «beau manteau» de Svetlana attirant le regard. Quel look?


Ekaterina Gordeeva examine l'évolution de l'image de Tikhanovskaya: d'une femme au foyer tranquille, au symbole de la protestation nationale d'une femme élégante et raffinée.


La carrière politique de Svetlana Tikhanovskaya peut rappeler au profane l'histoire d'un film d'action passionnant. Le scénario est anodin: l'héroïne a une tâche insupportable, dont dépend l'avenir de son pays d'origine, la liberté de son conjoint, et la vie de nombreuses autres personnes. Selon la loi des films hollywoodiens glorieux, l'actrice réussira: elle trouvera le soutien d'amis dévoués, elle découvrira des atouts qu'elle ignorait auparavant. Un peu d'expérience aidant - une fin heureuse arrivera. Les choses sont, hélas, un peu plus difficiles que cela dans la vie quotidienne. A cause du multivers ou de la Régression de Galton? Combien de Svetlana AGISSENT en parallèle?


En juin 2020, Svetlana ne se présentait à ses propres piquets de grève et communiquait avec les médias de manière maladroite et involontaire. Déjà à la fin du mois de juillet, avec Maria Kolesnikova et Veronika Tsepkalo, elle rassemblait le plus grand rassemblement de l'opposition de l'histoire du Bélarus et, en septembre, elle se qualifiait ouvertement de «représentante élue du peuple biélorusse». Une évidence si vous appliquez l'invariant statistique de Pareto 80/20 à son élection le 9 août.


La "Cendrillon" de la politique prouva au monde moderne, qu'il existe une place pour l'incroyable.


Tikhanovskaya: la Cendrillon de la politique

Peut-être qu'«incroyable» caractérise le mot juste décrivant la percée politique de Tikhanovskaya. Compte tenu du grand nombre d'erreurs d'image commises à ses débuts, la carrière de Svetlana aurait pu se terminer avant même d'avoir commencé.

Au départ, l'image du «symbole actuel de l'opposition biélorusse» était, pour le moins qu'on puisse dire, loin d'être idéale. Une femme au foyer comme beaucoup, au chômage, «l'épouse du mari», sans statut véritable, qui déclare directement que le cercle de ses intérêts est la vie quotidienne, et les côtelettes.

Dans une interview à «Belsat» l'agence de presse du Bélarus, interrogée par un journaliste sur la coutume de la famille des Tikhanovskys de s'interdire quelque chose, elle répondait: «Je ne veux rien de spécial. Que dois-je interdire? - d'aller au magasin ou de faire frire des escalopes? "


Des phrases maladroites, des discours froissés devant les médias, un défaut de style évident démontraient son incohérence en qualité de futur leader potentiel. Elle était toutefois, sincère et ouverte, des qualités évidentes de proximité avec tout le monde et la femme de la rue.


«Je l'ai fait pour lui. J'étais sûr qu'ils ne m'inscriraient pas, mais au moins je ferais preuve de solidarité avec mon mari, je montrerais que je ne l'ai pas abandonné. Deux camarades de Sergueï m'ont conduit au bâtiment de la Commission électorale centrale CEC, mais je tremblais en fait à ce moment-là ... »- la jeune femme commentait ainsi le dépot de sa candidature à l'élection présidentielle.


Svetlana rappelle qu'elle ne vise pas le pouvoir pour elle-même, mais pour un autre, et le fait qu'elle ait instantanément acquis le statut de «principal concurrent» de Loukachenka n'est qu'une question de chance. Une telle ouverture conduirait par la suite Tikhanovskaya loin d'un possible effondrement politique. Le possible reste improbable, et le probable relève de l'incertain selon les statistiques.


Au moment de son inscription, Tikhanovskaya était aidée par le soi-disant "principe de priorité" - les informations qui parvenaient en premier à l'électorat, avec un degré élevé de probabilité, étaient perçues comme vraies. Grâce à ce principe, une opinion se forme dans l'esprit des gens, difficile à corriger par la suite.

Une étiquette est collée à la personne, et le spectateur se souvient de l'image finale. De nombreuses répétitions de l'histoire palpitante n'ont fait qu'intensifier l'effet. Grâce à la réplication de l'histoire de Svetlana dans les médias, et les réseaux sociaux, l'image d'une politicienne «par amour» est fermement ancrée en elle. Tikhanovskaya était ainsi remarquée, mais ses ressources pour la grande course restaient encore insuffisantes.Ekaterina décrit ici, et ces termes objectifs se rapportant aux faits exposés, ce que l'on nomme en psychologie depuis un siècle, l'effet de halo. Consistant aux premières impressions favorables, ou défavorables, ayant une influence sur les jugements ultérieurs. Le problème classique des candidats à un emploi et de leurs recruteurs. Toutefois on notera, chez Ekatérina, un "préjugé" négatif sur Svetlana selon son point de vue de femme.


L'ère du triumvirat

Aujourd'hui, on observe comment une femme ordinaire fait face à un test très inhabituel avec un bang (propos obscur non explicité). Tikhanovskaya apprend vite, n'admet plus d'erreurs grossières, dans la presse, en se montrant plus confiante lors des réunions qu'auparavant.

Svetlana révéle sa personnalité publique grâce aux efforts d'une équipe: la jeune femme faisait sa première séance photo, et un coach de prise de parole en public  commençait à travailler avec elle.Kolesnikova et Tsepkalo (femme de Barbarika candidat n'ayant pu se présenter), accompagnaient Tikhanovskaya lors de ses discours publics, transféraient avec le temps l'attention du public et des médias sur elles-mêmes, donnant à la politicienne nouvellement formée l'occasion de s'habituer à son rôle inhabituel. Toutes trois réussissaient à atteindre les Biélorusses en les motivant plus activement.

Sous l'influence de cette équipe, le discours de Tikhanovskaya devenait plus structurel. Les pauses et les accents d'intonation corrects apparaissaient. Le style changeait également.

Des costumes surdimensionnés et une combinaison audacieuse de baskets et de pantalons professionnels remplaçaient ses chemisiers "indescriptibles" et de mauvais goût afin de donner d'elle l'image "Je suis une excellente étudiante".

Durant cette période, apparaîssait son fameux costume beige, qui scintille encore souvent sur les écrans. Changement de couleur.

L'entraîneur oratoire de Tikhanovskaya notait: «Svetlana a souvent demandé à ses collègues d'équipe à quoi elle ressemblait vue de l'extérieur:« Est-ce que ça a l'air normal, humainement, quand je fais ça? Cela ne me semble pas. "

Le désir de maintenir son individualité s'avérait vrai. Il est maintenant plus facile de parler des erreurs du passé avec une pointe d'auto-ironie: «Vous savez tous: Svetlana Tikhanovskaya n'est pas une politicienne, je n'ai pas de programme pour changer la Biélorussie, mais les hommes qui n'ont pas été autorisés à participer à la course électorale l'ont. Je n'ai pas besoin de puissance. Je veux que mes enfants et mon mari continuent à faire frire mes côtelettes », déclarait Tikhanovskaya lors de ses rassemblements électoraux.



Madame cotelettes...

Ainsi, l'histoire des côtelettes cessait peu à peu d'irriter l'électorat et commençait à provoquer un léger sourire de complicité dans l'assistance. Dans la compréhension des gens, cette image simple et compréhensible d'une femme et d'une mère, forcées de se battre pour la liberté de ses êtres chers, se formait finalement.


Pendant cette période, Tikhanovskaya refusait d'apparaître pour ce qu'elle n'est pas - une politicienne professionnelle. Aux questions difficiles sur les alignements géopolitiques, et la réforme économique, elle répondait honnêtement ne pas être une experte dans ces domaines, et que sa tâche principale était d'assurer de nouvelles élections équitables et de transférer le pouvoir à un président légitime. Propos qu'elle soutient encore sans candeur.

Le but de l'image est un pas dans le futur.


Tikhanovskaya connaissait un test sérieux lors de son émigration forcée en Lituanie. Alors qu'elle se trouvait dans le bâtiment de la CEC, Svetlana enregistrait une vidéo dans laquelle elle déclarait devoir quitter le pays.


Il serait difficile à une autre figure de l'opposition d'expliquer à son électorat qu'elle ne fuit pas pour des intérêts égoïstes. Svetlana était aussitôt pardonnée pour cette évasion forcée instantanément. L'image d'une femme sincère et sans défense jouait entre ses mains. Son ouverture d'esprit, ses déclarations passées «Je suis une mère, pas une politicienne professionnelle» étouffaient la vague des déceptions.

À propos, la faiblesse apparait dès lors comme une qualité, dont Alexandre Loukachenko parlait souvent pour s'en moquer - le principal adversaire de Tikhanovskaya aux élections. Lors de ses échanges avec la presse, il se désignait en qualité "de garant de la stabilité du pays" et Svetlana comme "une femme désolée" sans ressources.

Cette méthode de contrastes est souvent utilisée par les médias pour renforcer l'effet d'une idée qui doit être imposée au lecteur ou au spectateur. Un politicien faible s'oppose à un politicien fort, un politicien fiable s'oppose à un nouveau venu inexpérimenté. Mais si vous utilisez cet outil aujourd'hui, et que vous considérez les postures dans lesquelles Svetlana et Alexander sont assis lors de réunions avec les hauts responsables des États, les conclusions et les réponses quant à savoir qui ne se sent pas trop confiant, et à l'aise, à mon avis, seront ambiguës.


Après avoir quitté la Biélorussie, Tikhanovskaya rencontre désormais activement les ambassadeurs et les parlementaires de divers pays occidentaux, négocie avec les dirigeants européens, et les ministres des Affaires étrangères. Comme elle le dit : «Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder le pays plonger de plus en plus dans la crise. Par conséquent, afin d'assurer la tenue de nouvelles élections, je continue mon travail pour unir toutes les forces démocratiques de la société bélarussienne ». Elle tient parole.


Tikhanovskaya comprend que l'apparence des femmes politiques fait l'objet d'un examen public attentif. Maintenant, elle se construit une nouvelle image douce, calme et intelligente. Il y a de beaux costumes et un super manteau dans sa garde-robe.


L'ensemble choisi pour sa rencontre avec Macron montre que Tikhanovskaya sait jouer selon les règles: la hauteur du talon est d'environ 5 cm et la longueur de la robe s'inscrit clairement dans les critères du code vestimentaire Business Best. C'est ce code vestimentaire que les hauts fonctionnaires des États utilisent lors de réunions et de négociations importantes.

En même temps, l'ensemble contient un élément de nouveauté et de «rébellion commerciale». Les manteaux surdimensionnés ne sont pas souvent vus sur les politiciens. La silhouette arrondie rend le look doux, calme et féminin - ne convient pas aux cercles de puissance. Je pense que cette image n'a pas été choisie par hasard. Il souligne que Svetlana ne lutte pas pour le pouvoir, mais remplit avec dignité son rôle de «négociatrice du peuple biélorusse». Ce qu'elle incarne.

En termes de concentration, les looks de tous les jours ne sont pas très différents de ceux des affaires: Svetlana choisit des tons surdimensionnés et calmes et un maquillage à peine perceptible.

Apparemment, Tikhanovskaya est toujours à la recherche de son propre style unique. Pour cette raison, nous observons périodiquement des erreurs notables dans son comportement: négligence générale et problèmes de coiffure principalement. Un défaut récurrent et rédibitoire.

Mais la rhétorique de Svetlana a beaucoup changé. Ses déclarations sont devenues plus dures. Le libellé est sans ambiguïté: «Moi, Svetlana Tikhanovskaya, je suis le seul dirigeant élu par le peuple biélorusse. Et notre tâche est maintenant de construire ensemble une nouvelle Biélorussie ». Elle applique en politique l'invariant 80/20 de V.Pareto.

Le contraste entre ce qui était, ce qui se retrouve dans la vidéo, et les discours publics est particulièrement perceptible. Comparez ses vidéos, enregistrées à quelques mois d'intervalle, vous serez surpris.


Mais le plus surprenant dans la campagne de Tikhanovskaya est de savoir comment, à la suite du leader (et parfois même avant lui), sous la condition d'un défaut de légalité et malgré un contrôle total, la société biélorusse change actuellement. Les gens prouvent qu'ils sont prêts à voir une femme devenir leur leader. Que ce soit seulement pendant six mois: pendant cette période, vous ne pouvez certainement pas oublier comment cuisiner de délicieuses côtelettes.


L'opinion de l'auteur peut ne pas coïncider avec la position du comité de rédaction.


Ekaterina Gordeeva sous estime la réalité profonde du matriarcat dans sa société, car une femme peut devenir leader en fonction des circonstances. Ce portrait doit inclure que Svetlana, est à sa façon, devenue une Maggie Tatcher du Bélarus, et que Mme Cotelette est une femme d'affaires difficile, endurcie et obstinée. Dans l'intimité est-elle différente? Il y a lieu d'en douter. La politique l'a endurcie au point de la rendre méconnaissable. Des femmes politiques, j'en ai connue plusieurs, d'Edith Cresson premier ministre de Mitterrand à la dernière, Nicole Chouraqui conseillère de Chirac, victime d'un cancer, qui me donna le conseil d'exister.


affiche de campagne août 2020 "la jeune nénette politique"

faute de goût de diffuser cette image de son intimité avec un chignon boudiné, ici

une "période rose". En son temps Marina avait, comme Picasso, sa période bleue.

la rencontre avec Macron le 30 sept qui paie le standing de la voiture et du chauffeur?

Svetlana à Vilnius le 3 octobre sur la tombe d'un bielorusse célèbre

Une Maggie Tatcher du Belarus dure et inflexible. Son mari saura-t-il la faire "fondre"?




Sic transit opéra Mundi ad astra 007

ré-écriture claude thebaut copyright 2020 reproduction interdite©10/2020



en ligne le

5 octobre 2020