LE COMPLOT DE L'ETRANGER


Le Complot de l'étranger

M. Loukachenko accuse les États-Unis d'avoir organisé et planifié des troubles en Biélorussie. Titrait Kauno Diena en fin de semaine le 21 août 2020.


La technique du bouc émissaire telle est la première réponse de Luka à l'Europe le 21 août. Tout part de Varsovie (Pologne). Afin de créer un corridor baltique. Reprise des avis périodiques publiés lors de la période de confinement de février à juin 2020 qui attiraient mon attention. Le corridor de la baltique concernait alors un cordon sanitaire de passage. Puis le rapprochement avec les vols des avions de l'Otan "que des avions volent". Heureusement ce ne sont pas des "vagys" au sens du mot voleurs. Le mot vol est intentionnel. Le plan est simple : "retirer le bélarus"d'une ceinture, afin de s'en servir contre la Russie. Un plan anti russe. dont on ne comprend rien. Le Bélarus n'est pas géostratégique. Le  Complot consisterait à unir les pays baltes avec l'Ukraine en détachant le Belarus de l'ensemble. Comme à l'époque d'Alexandre Newski sans l'épée magique de Herman Von Zaltza, tout cela ne mène à Rien. Cette épée se trouve encore cachée dans le château de la garnison des Chevaliers Teutoniques à Kaunas. Bref Luka est en plein délirium. Alors que le conseil que lui donnait Putine était de dialoguer avec la population Bélarusse. Luka pense que la dénonciation de l'Otan, ennemi commun des russes, permettra de resserer les rangs des patriotes autour de lui afin de le soutenir en confortant sa légitimité nationale.


Poutine appelle Loukachenko à engager un dialogue avec les citoyens rapportent les agences Tass et Reuters.


La tactique du bouc émissaire est une vieille ficelle de la stratégie chinoise de l'art de la Guerre, que l'on trouve au stratagème N°11 sacrifier le prunier pour sauver le pécher en détournant l'attention. La manoeuvre vise ici l'Otan. Ainsi selon Luka l'Otan serait à l'origine des problèmes actuels du Bélarus. La technique de la DIVERSION est employée. L'Otan n'est pas cité, à la place ce sont les Etats Unis, ce qui revient au même.


D'autant qu'avec les grèves suscitées par Svetlana l'appareil radio tv du Bélarus est depuis mardi 18 août entre les mains des journalistes russes envoyés par Moscou. La propagande est assurée de façon longitudinale par le KGB. Il suffira de diffuser des reportages négatifs, sur l'Ukraine et de demander aux Belarusses "voulez vous que votre pays devienne une Ukraine bis?" De quoi rassembler une union nationale dans un front anti Otan spontané. Car le contre exemple de l'Ukraine ne fait réver personne.


Ce 21 aout 2020 les pouvoirs autoritaires sont exposés aux désagréments causés par leurs opposants. Svetlana au Belarus avec Luka, Navalny en Russie avec Putine. Loi de la régression de Galton? Peut-être une première explication cohérente. Mais il y en a une autre, selon laquelle l'autoritarisme se heurte à ses obstacles naturels. Ce serait une application de la loi selon laquelle l'application d'une action suscite en retour une réaction d'intensité similaire. Que cette action soit ou non volontaire. Bref, tout ce qui arrive à un opposant est suspect de nature, jusqu'à la preuve du contraire. Il semblerait que la perte de connaissance de Navalny soit due à un choc glycémique. Connu des étudiants qui sautent les repas faute d'argent pour s'alimenter. N'ayant pris aucun petit déjeuner, le matin du 20 aôut, Navalny perdait connaissance dans l'avion qui le transportait. Choc glycémique. Aussitôt Putine était accusé, à tort, d'intentions meurtrières.


En tout cas les commentaires d'articles publiés font déja état de la désinformation active, en voici un témoignage : Les nouvelles ont diffusé un rapport sur Minsk, plein de tramways avec des drapeaux d'État, des places et des trottoirs pleins de personnes soutenant Loukachenko. Et les coupeurs, avec des drapeaux blancs, ne sont pas visibles pris sur kAUNO DIENA à 20 h V. Putinas ragina A. Lukašenką pradėti dialogą su piliečiais de TV3 televizija Prieš (il y a) 28 minutes. La propagande fonctionne à plein régime à Minsk pour le bourrage des crânes vides.


Au refus de reconnaissance de l'Europe, le Belarus répond Otan, désignant un adversaire de diversion sans le nommer. La présence de l'Otan gène la Russie, c'est donc l'opportunité de s'en débarrasser en lui imputant une machination imaginaire. Ainsi Chichanouskaja selon les médias baltes, serait un agent de l'étranger. Pourquoi attendre une élection au Bélarus si tel était le plan initial? Cette accusation primaire pourrait précipiter l'appréhension des biens, et des marchés du Belarus. Car que vaut désormais la monnaie du Bélarus? Pays plus reconnu depuis la mi août 2020? Occasion de s'approprier les avoirs et les marchés nationaux? Il reste à exciter les extrémistes, afin de nourrir une guerre interne entre les pro et les anti Luka par des combats de rue et des affrontements meurtriers, en alimentant une guerre civile par exemple. Ainsi la Russie serait flanquée de deux théâtres d'opérations militaires endémiques- l'Ukraine et le Bélarus. De quoi inculquer dans l'esprit populaire que la démocratie équivaut à l'instauration du merdier civil dans un pays. Un repoussoir pour des peuples habitués à l'autoritarisme autocratique. Je visitais la frontière du Bélarus, avec la Lituanie et la Pologne, en octobre 2019, pour m'en rendre compte via la route du cimetière des camions morts.




en ligne le 21-8-2020