COUP DUR POUR LA REVOLUTION : fin de la période des dentelles.

Les Médias annoncent:

Kolesnikov arrêtée et emmenée par des inconnus dans le centre de Minsk

Maria Kolesnikov, membre du Conseil de coordination de l'opposition bélarussienne, était abordée par un inconnu dans un minibus dans le centre de Minsk lundi matin, et emmenée quelque part, destination inconnue, rapportait le portail tut.by, selon des témoins. Par ailleurs, l'agence de presse Interfax citait le témoignage de l'avocat Maxim Znak, membre du Conseil de Coordination, disant que Mme Kolesnikova et plusieurs autres membres du Conseil n'ont pas pu être contactés lundi matin 07 septembre. Après Kolvakolva c'est la seconde arrestation compromettante pour la Révolution de Chichanouskaja. La présence sur le terrain constitue un danger pour le Conseil de Coordination. En moins d'un mois voila deux confidentes proches de la Révolutionnaire entre les mains du dictateur. Des confidentes en qui il ne sera plus possible de faire confiance pour l'avenir. Imaginez des agents de la résistance arrêtés par la Gestapo. La Révolution à l'Est ne se fait pas en dentelles. Facilement identifiable par son look androgyne LGBT, grande, 1,75m, mince cheveux blonds coupés à la garçonne, jeune 37 ans, Kalesnikava est très aisémment reconnaissable dans la rue.

L. Linkevičius: L'enlèvement de M. Kalesnikava est honteux..réaction

c'est une faute de l'opposition

L'enlèvement de la porte-parole de l'opposition biélorusse Maryja Kalesnikava est honteux, elle doit être libérée immédiatement, déclare le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevičius. «Au lieu de parler au peuple biélorusse, le gouvernement sortant essaie compromettre cyniquement (les dirigeants) un par un par des arrestations successives. L'enlèvement de M. Kalesnikava dans la vieille ville de Minsk est une honte », annonçait L. Linkevičius sur le réseau social Twitter. «Au 21e siècle, les méthodes staliniennes du NKVD sont appliquées. Cela doit être rendu public immédiatement », indiquait le ministre des Affaires étrangères dans son tweet. Au 21ème siècle, les méthodes staliniennes du NKVD sont appliquées. Selon des témoignages publiés par le portail tut.by rapportant qu'un membre du Conseil de coordination de l'opposition biélorusse Madame Kalesnikava était arrêtés lundi matin dans le centre de Minsk

Sur des témoins, le portail tut.by rapporte encore qu'un membre du Conseil de coordination de l'opposition bélarussienne, Madame Kalesnikava, était embarquée contre sa volonté par un inconnu dans un minibus, dans le centre de Minsk lundi matin et emmenée quelque part vers une destination inconnue. Un témoin rapportait à tut.by que vers 22 heures. 5 min hier 06 sepembre au Musée national d'art de Minsk, Madame. Kalesnikava était vue masqué avec des personnes vêtues de vêtements civils puis ensuite mises dans un minibus. Il est vraisemblable que l'enlèvement ait eu lieu à ce moment là. L'agence de presse Interfax citait l'avocat Maksim Znak, membre du Conseil de coordination, disant que M. Kalesnikawa et plusieurs autres conseillers étaient injoignables lundi matin 07 septembre, et que leur localisation téléphonique était inconnue.

la manif du 06 sept à Minsk

Biélorussie Minsk: 633 personnes arrêtées lors de la manifestations du dimanche 06 septembre

personnes, plus de 600 manifestants arrêtés, annonçait lundi le ministère de l'Intérieur du pays. «Au total, environ 31 000 personnes participaient aux actions. Dans le nombre 633 personnes sont détenues pour violations des lois régissant les événements de masse dans la dictature. 363 personnes emmenées en prison sur décision du tribunal en raison de violations administratives de la loi », déclarait Volha Čemodanova, une représentante du ministère. Selon elle, un total de 42 manifestations se déroulaient dimanche 6 septembre dans diverses régions du Bélarus. Des manifestations sans précédent se déroulent en Biélorussie depuis près d'un mois en protestation de l'élection présidentielle du 9 août, au cours de laquelle le dirigeant autoritaire Alexander Lukashenko, s'autoproclamait reconduit pour un sixième mandat consécutif depuis 1994. L'opposition et les pays occidentaux considèrent cette élections truquée. La date du 6 septembre 2020 entrera dans l'histoire du Bélarus comme celle de la révolution en marche contre le pouvoir dictatorial soviétisé d'un truqueur politique s'aggripant désespéremment au pouvoir par tous les moyens.

Désormais l'ombre portée de Navalny plane aussi sur Minsk forçant l'Europe à hausser le ton sur les sanctions.




Le service de sécurité de l'opposition à Minsk est infiltré par une taupe, ou des traîtres. En août l'arrestation de Volga Kovalkova, devant l'usine des tracteurs MTZ, semblait surprenante. La disparition le 7 septembre de Kaleniskava, après le défilé du dimanche 6 septembre est plus que troublante. Habitué à écrire au présent du vindicatif comme l'ancien directeur de publication de la Lettre de la Nation, Pierre Charpy, il convient de dénoncer les traitrises dans le dispositif de sécurité de Svetlana Chichanouskaja. La disparition du 7 septembre marque la fin de la Révolution en dentelles à Vilnius. Chichanouskaja doit revoir, et réformer ses méthodes, car le dictateur, vraisemblablement contre argent, infiltre le Comité de l'Opposition. Il faut trouver les traitres et les punir.





HOTEL MINSK


L'ombre portée de Navalny traité au noviciok affecte la révolution bélarussienne


en août Volga Kovalkova était arrêtée devant l'usine des tracteurs MTZ à Minsk

le 7 septembre l'androgyne Kaleniskava disparassait suite à une "traitrise" après la

la manif dominicale du 6. Donnée? Livrée? au dictateur de Minsk pour combien d'argent?


Hotel Minsk-


07/09


hotel Minsk-Traitrises et compromissions-

-traitrise et coup dur-


hôtel Minsk -Traîtrise et coup dur-

7/09

La disparition de Kalesnikova


La marche du 6 septembre à Minsk

Après les affrontements d'OMON avec des manifestants dans la capitale biélorusse près de l'usine de tracteurs de Minsk (MTZ), plusieurs personnes demandaient de l'aide médicale, déclaraient dimanche des témoins. Selon eux, des fonctionnaires armés de bâtons de caoutchouc empêchaient les habitants de former une colonne dans la rue Chabatarovo. Les manifestants marchaient vers le centre de Minsk pour participer à un rassemblement de l'opposition. Les forces de l'ordre encerclèrent les manifestants commençant à procéder aux arrestations. Les gens résistèrent parvenant à libérer certains des leurs. Plusieurs personnes étaient blessées lors de ces affrontements. Le ministère de l'Intérieur déclarait qu'environ 10 personnes avaient été arrêtées lors des manifestations à Minsk dimanche. Le centre d'application de la loi de Viasna annonçait pour sa part que 37 manifestants avaient été arrêtés à Minsk. Ce qui fait 27 de plus. Des manifestations se déroulaient également dans d'autres régions; des personnes étaient  détenues à Grodno, selon le portail tut.by. Selon les données, il était dénombré plusieurs "collisions brutales avec les OMON". A un moment donné, quelqu'un pulvérisait des gaz lacrymogènes". Des dizaines de milliers de personnes se rassemblaient dans le centre de Minsk pour la manifestation, rapportait un correspondant de l'agence de presse AFP. Une colonne de manifestants se dirigeait vers la résidence du président Aliaksandr Loukachenko, le palais de l'indépendance sur la place du drapeau de l'État, déclaraient des témoins à Interfax. La résidence était entourée des forces de sécurité, des complexes de missiles stationnés "Rubež",et des véhicules blindés. Un correspondant d'Interfax à Minsk signalait également des interruptions d'Internet dans divers quartiers de la ville. Le fournisseur de services mobiles A1 confirmait que le taux de transfert des données était réduit à la demande des fonctionnaires. Les forces de sécurité bélarussiennes intensifient les mesures de sécurité dans le centre de Minsk, où l'opposition prévoyait une manifestation antigouvernementale massive dimanche 6 septembre, et des véhicules blindés étaient amenés en ville, selon des témoins. Selon le correspondant de l'agence de presse Interfax, la place de l'Indépendance, où les militants se rassemblait, était encerclée par des miliciens depuis les premières heures du matin. La place est également entourée de barrières métalliques, à côté desquelles des gardes d'officiers sont en service. Les passages souterrains de la place sont fermés. Les forces de sécurité surveillent également les entrées des cours environnantes. Des transports spéciaux se trouvent dans les rues adjacentes. À l'époque, la place d'octobre était entourée d'un cordon de soldats armés portant des gilets pare-balles. Autour de la place, des gens en uniforme de camouflage posaient des barbelés. Des dizaines de bus avec des agents de l'OMON sont garés dans les rues près des places, avec des agents des forces de l'ordre supplémentaires. Plusieurs stations de métro étaient fermées dans le centre-ville et les trains ne s'y arrêtent pas. Il y a environ 10 véhicules des forces de sécurité dans la zone du bâtiment de l'administration présidentielle. Cinq autobus d'agents des forces de l'ordre sont garés près de la maison des officiers. Des véhicules spéciaux, y compris des canons à eau, sont également garés sur la rue Lénine. En outre, l'armée entoure la stèle "Minsk - le héros de la ville" et le musée de la Grande Guerre patriotique. Selon des témoins, des véhicules blindés sont amenés à Minsk. Des véhicules blindés accompagnés de colonnes de camions militaires étaient repérés à la périphérie de la ville. Ils se sont dirigés vers le centre-ville. Plus de 100 manifestants arrêtés dimanche à Minsk Plus d'une centaine de manifestants non autorisés étaient arrêtés dimanche, rapporte le centre biélorusse des droits humains Viasna. La liste des détenus est publiée sur le site Internet de Viasna et est constamment mise à jour. En outre, Viasna rapporte les arrestations de manifestants dans d'autres villes du pays, en particulier à Grodno, Brest, Baranovichi, Mogilev, Vitebsk. Le ministère biélorusse de l'Intérieur fait également état d'un nombre croissant d'arrivées dimanche. «Le nombre de détenus qui ont pris part aux manifestations non autorisées augmente. La situation est sous contrôle, les forces de l'ordre sont en service sous un régime renforcé », déclarait Olga Chemodanova, porte-parole du ministère de l'Intérieur du Bélarus. Selon des données non confirmées, devant le Palais de l'Indépendance, où se rassemblent encore environ 100 000 personnes. les gens, vers 18 h notaieent que du gaz poivré était répandu près du cordon de la police anti-émeute. On ignore pour quel usage.


COUP DUR POUR LA REVOLUTION : fin de la période des dentelles.

Les Médias annoncent:

Kolesnikov arrêtée et emmenée par des inconnus dans le centre de Minsk

Maria Kolesnikov, membre du Conseil de coordination de l'opposition bélarussienne, était abordée par un inconnu dans un minibus dans le centre de Minsk lundi matin, et emmenée quelque part, destination inconnue, rapportait le portail tut.by, selon des témoins. Par ailleurs, l'agence de presse Interfax citait le témoignage de l'avocat Maxim Znak, membre du Conseil de Coordination, disant que Mme Kolesnikova et plusieurs autres membres du Conseil n'ont pas pu être contactés lundi matin 07 septembre. Après Kovalkolva c'est la seconde arrestation compromettante pour la Révolution de Chichanouskaja. La présence sur le terrain, des membres du Conseil constitue un danger pour le Conseil de Coordination. En moins d'un mois voila deux confidentes proches de la Révolutionnaire entre les mains du dictateur. Des confidentes en qui il ne sera plus possible de faire confiance pour l'avenir. Imaginez des agents de la résistance arrêtés par la Gestapo puis relachés. La Révolution à l'Est ne se fait pas en dentelles. Facilement identifiable par son look androgyne LGBT, grande, 1,75m, mince cheveux blonds coupés à la garçonne, jeune 37 ans, Kalesnikava est très aisémment reconnaissable dans la rue.


L. Linkevičius: L'enlèvement de M. Kalesnikava est honteux...réaction

c'est une faute de l'opposition


L'enlèvement de la porte-parole de l'opposition biélorusse Maryja Kalesnikava est honteux, elle doit être libérée immédiatement, déclare le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevičius. «Au lieu de parler au peuple biélorusse, le gouvernement sortant essaie compromettre cyniquement (les dirigeants) un par un par des arrestations successives. L'enlèvement de M. Kalesnikava dans la vieille ville de Minsk est une honte », annonçait L. Linkevičius sur le réseau social Twitter. «Au 21e siècle, les méthodes staliniennes du NKVD sont appliquées. Cela doit être rendu public immédiatement », indiquait le ministre des Affaires étrangères dans son tweet. Au 21ème siècle, les méthodes staliniennes du NKVD sont appliquées. Selon des témoignages publiés par le portail tut.by rapportant qu'un membre du Conseil de coordination de l'opposition biélorusse Madame Kalesnikava était arrêtée lundi matin dans le centre de Minsk


Sur des témoins, le portail tut.by rapporte encore qu'un membre du Conseil de coordination de l'opposition bélarussienne, Madame Kalesnikava, était embarquée contre sa volonté par un inconnu dans un minibus, dans le centre de Minsk lundi matin et emmenée quelque part, vers une destination inconnue. Un témoin rapportait à tut.by que vers 22 heures. 5 min hier 06 septembre au Musée national d'art de Minsk, Madame. Kalesnikava était vue masquée avec des personnes vêtues de vêtements civils puis ensuite mises dans un minibus. Il est vraisemblable que l'enlèvement ait eu lieu à ce moment là. L'agence de presse Interfax citait l'avocat Maksim Znak, membre du Conseil de coordination, disant que M. Kalesnikawa et plusieurs autres conseillers étaient injoignables lundi matin 07 septembre, et que leur localisation téléphonique était inconnue.


la manif du 06 sept à Minsk

Biélorussie Minsk: 633 personnes arrêtées lors de la manifestations du dimanche 06 septembre. Plus de 600 manifestants arrêtés, annonçait lundi le ministère de l'Intérieur du pays. «Au total, environ 31 000 personnes participaient aux actions. Dans le nombre 633 personnes sont détenues pour violations des lois régissant les événements de masse dans la dictature. 363 personnes emmenées en prison sur décision du tribunal en raison de violations administratives de la loi », déclarait Volha Čemodanova, une représentante du ministère. Selon elle, un total de 42 manifestations se déroulaient dimanche 6 septembre dans diverses régions du Bélarus. Des manifestations sans précédent se déroulent en Biélorussie depuis près d'un mois en protestation contre l'élection présidentielle du 9 août, au cours de laquelle le dirigeant autoritaire Alexander Lukashenko, s'autoproclamait reconduit pour un sixième mandat consécutif depuis 1994. L'opposition et les pays occidentaux considèrent cette élection truquée. La date du 6 septembre 2020 entrera dans l'histoire du Bélarus comme celle de la révolution en marche contre le pouvoir dictatorial soviétisé d'un truqueur politique s'aggripant désespéremment au pouvoir par tous les moyens.


Désormais l'ombre portée de Navalny plane aussi sur Minsk forçant l'Europe à hausser le ton sur les sanctions à appliquer au Bélarus.


Sic transit gloria Mundi ad astra        007






astrava

Vendredi 28/08 la bataille d'Astrava commençait

en ligne le 7-9-2020