page mise en ligne le 12 -08-2020

     Crime non élucidé : la disparition de la Marina





De la disparition simple à la disparition forcée

Le O4 août 2020 l'éditeur de cette adresse internet recevait le réquisitoire d'un Procureur de Kaunas, Rita MIKALAUSKIENE l'informant que le 04 avril 2020 le Parquet refusait d'ouvrir une enquête préliminaire sur la disparition "simple" de la Marina Kosel. Quatre mois auparavant. Une information dont il n'est plus possible de faire appel, ou intenter un recours, les délais étant forclos et dépassés.Une manifestation, supplémentaire, et discriminatoire, du RACISME lituanien anti européen. Priver un citoyen de l'Union de ses droits, alors que la Lituanie ratifiait le 14/08/2013 la Convention internationale sur la Protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Pourquoi employer le mot CRIME? Parce que la Convention de New York, datée 20/12/2006, qualifie de crime contre l'humanité la disparition forcée d'une personne. Cette Convention étant dénommée Protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. C'est ainsi que la disparition de Marina, survenue le 3 février 2019, changeait de statut à partir de ce 04/08/2020 en passant de l'absence simple, au sens des codes civil français et lituanien, au statut de disparition forcée. Il y a aussi les motifs :" arrestation détention, enlèvement et toute autre forme de privation de liberté  par des agents de l'Etat ou des personnes agissant avec des autorisations de l'Etat". Quels que soient les moyens employés, depuis le 3 février 2019 on constate le silence de Marina, une manifestation de la privation de sa liberté.


Les critères d'une disparition forcées, selon la convention de New York sont les suivants :

-absence de liberté : "toute forme de privation de liberté par des personnes ou des groupes de personnes qui agissent avec l'aquiessement de l'Etat, suivi du déni de la reconnaissance de la privation de la liberté ou de la dissimulation du sort réservé à la personne disparue ou du lieu ou elle se trouve, la soustrayant à la protection de la loi". Depuis le 03 février 2019 on est sans nouvelles de La Marina, ni téléphone, ni email, ni lettres, aucune manifestation de vie, ni photos.


Pour l'accord de l'Etat, on trouve un avis d'expulsion de Suisse, du Canton de Vaud, en date du 16/05/2019 et notamment, une ordonnance du juge Edi Vincani rédigée à "Huis Clos" sans témoin, sur la base d'un PV d'expulsion devenu introuvable. Un PV réclamé fin février 2020 au Greffe du Tribunal Suisse sans l'obtenir par un huissier Français d'Annemasse. Un pv réclamé à nouveau en avril et en août 2020 aux auteurs de l'expulsion, sans succès.


Le service des Etrangers du canton de Vaud déclare ne pas être informé de cette expulsion judiciaire datée 16 mai 2019, ni savoir où se trouve La Marina, dans quel lieu ou adresse déclarée. En Suisse les individus sont suivis à la trace pour des motifs fiscaux et financiers -la loi sur les poursuites permet en effet de mettre tout débiteur en faillite-

La perte du PV d'expulsion, constitue le premier acte de déni de la reconnaissance de la privation de la liberté du sort réservé à la personne disparue et du lieu où elle se trouve. Les Services de la population permettent d'établir les listes d'imposition des contribuables, ainsi que de faire payer la taxe de séjour aux touristes. Les logeurs ayant l'obligation de les déclarer.


Pourquoi s'intéresser à la Lituanie? A raison de la propriété d'un appartement détenue par la Marina dans ce pays. Et du fait que ses dernières nouvelles connues évoquent cette possibilité : JE REVIENS A MAISON POUR TOUJOURS, écrivait-elle. Cette maison, d'adresse non déterminée, peut évoquer aussi le domicile conjugal. Avec le sens je reviens au domicile conjugal. Ce qui signifie en ce cas un retour au foyer en février, ou mars suivi de l'expulsion de Suisse en mai. Il n'existe aucun motif de douter de la probité du juge Edi Vincani, nonobstant l'absence suspecte du pv d'expulsion lorsqu'il écrit dans son ordonnance datée 29 juin 2019 viser le pv d'expulsion pour justifier la condamnation aux frais de paiement de sa procédure pour la somme de 1000 francs Suisse environ. Le détail des actes mentionne le recours à un serrurier, afin de forcer la porte de l'appartement, pour le prix facturé de 450 francs, occupé par La Marina pour l'expulser avec son mobilier saisi, dont la destination du garde meuble est ignorée de façon surprenante. Il résulte de ces éléments la possibilité de 2 dates pour la disparition de La Marina, dont une disparition forcée avec la complicité de l'Etat Suisse datée 16 mai 2019 pour un mobile crapuleux de spéculation immobilière. Un, ou des magistrats, car il faudrait évoquer les turpitudes procédurières du juge Sébastien Laurent, récusé pour atteinte au droit au procès impartial de l'article 6 CEDH de la Convention signée par la Suisse. Un détournement particulièrement grave.


Revenons à la Lituanie pour LA PERSISTANCE des éléments troubles trouvés encore dans ce dossier pour des motifs immobiliers. L'expulsion de Suisse étant motivée pour des loyers présumés impayés alors qu'ils l'étaient Le locataire ayant produit la preuve matérielle de ses règlements. La Marina y étant une immigrée clandestine non déclarée au Service de la Population, fraudant ainsi le paiement de la taxe de séjour au Canton.


A 3 reprises la Police locale Lituanienne refusait de rechercher La Marina, alors que sa disparition était déclarée en France mi août 2019, au Procureur de la République Catherine Denis, laquelle se dispensait d'ouvrir une fiche de recherche sur la base INTERPOL, trompant la victime déclarant la disparition inquiétante et suspecte de La Marina au sens de l'article 74-1 du code de procédure pénale, ainsi que signalée à l'Ambassade de France. Laquelle répondait au début de l'été 2019 ne pas "intervenir dans la vie des gens" afin de justifier sa carence à "ne rien faire". alors que la France s'engageait à tout mettre en oeuvre pour la recherche d'une personne disparue qui lui est signalée en signant la Convention de New York le 20/12/2006. Il y a loin des textes aux actes. La déclaration faite au Procureur Denis comportait l'élement de privation de liberté de la Marina, en décrivant l'absence de nouvelles ainsi que du sort qui lui était réservé. Deux éléments suffisants pour justifier une fiche INTERPOL et en tout attirer l'attention du magistrat négligent.


Le Réquisitoire du Procureur Rita Mikalauskiene daté 04/08/2020 précise que dans son pays la Lituanie, La Marina n'est pas recherchée. Le cumul des incompétences du magistrat Français, et des services diplomatiques et consulaires comportent des conséquences terribles pour les proches.


Le 09 août 2020 le commissaire Elanas Jablonkas publiait son rapport d'évènements quotidiens, lequel faisait état de la détention d'une femme à PLENTO, adresse de La Marina, sans donner de détails sur les motifs de cette privation de liberté par des agents de l'Etat Lituanien, avec cette fois l'ouverture d'une enquête préliminaire, sans précision. Auparavant, afin de justifier son refus d'enquêter sur La Marina, le 7 avril 2020 le Commissaire de Police adressait à la victime de la disparition forcée de La Marina, une attestation officielle, susceptible de recours judiciaire, selon laquelle la Marina était DEJA divorcée en avril 2020 afin de couper tout lien de préjudice direct de la disparition forcée. L'obtention d'un certificat de Mariage plurilingue valide mettait 2 mois, délivré le 17 juin 2020. Ces documents étaient adressés à la Procureur Rita Mikalauskiene, afin qu'elle réponde à la contradiction selon laquelle la police atteste un divorce, démenti par le service de Métrologie. La police, se livre à de fausses attestations afin d'exprimer des appétits immobiliers sur un bien présumé vacant, en cas de disparition forcée de La Marina. D'autant que la police attestait encore le 8 juillet 2020 ne pas localiser La Marina en Lituanie car "elle ne se montre pas". Ce qui signifie absence de contrôle identitaire. Telles sont les conditions du passage d'une disparition "simple" à une disparition forcée en l'espace d'une année pour des motifs inconnus. Certains éléments sont passés sous silence tels que les trafics, tous les 2 mois, de La Marina, à raison du transfert par avion du contenu d'une valise de 20 kgs. Ou encore les trafics de cigarettes de contrebande de sa fille amendés par la douane allemande en 2006, ou aussi la procédure de reconnaissance de l'ACPR pour l'usage d'un compte bancaire, dénoncé par LCL, soupçonné de blanchiment et de financement du terrorisme. Il est suprenant que la banque LCL n'ait pas trouvé son compte dans ces mouvements présumés suspects, alors que son directeur d'agence s'appropriait le compte titre en octobre 2019, lors d'un transfert frauduleux, pour plusieurs milliers d'euros avec la complicité d'un huissier véreux. De l'argent subtilisé par vol après épargne.







Photos récentes présumées de la Marina Kosel bip bip

La Marina Kosel se serait "empatée" pendant la quarantaine

une Grosse vache lituanienne?

photos refusées (chevelure) la Marina Kosel ne "piscine" pas




Le 09 août 2020 le responsable de la police du comté de Kaunas, Elanas Jablonskas, reconnaissait officiellement dans un rapport rendu public les arrestations et détentions arbitraires, de type disparition forcée à PLENTO. Rapport confirmé par le supérieur Renatas Pozela le même jour dans un autre rapport.




La police Lituanienne est-elle complice d'une disparition organisée?

La Lituanie a la sinistre réputation d'offrir ses prisons à la CIA afin d'y incarcérer les militants, présumés, d'AL QUAEDA depuis la présidence d'Adamkus.


- RACISME NATIONALISTE -

le 10 août 2020 l'ambassade de France contactait l'éditeur de cette adresse internet afin de lui exposer l'offre de services consulaires au seul bénéfice des nationaux. Nationnalisme étroit et obtus. Rien pour les étrangers. Alors que la Charte des droits fondamentaux des Citoyens Européens dispose que la France offre ses services consulaires aux citoyens de l'Union non représentés dans un pays de la communauté. Et que la Convention onu datée 20/12/2006 dispose d'une coopération judiciaire étroite de la France avec les autorités d'autres pays, au profit de toute personne présumée disparue forcée. Donc service pour les étrangers.

l'éditeur de cette adresse victime de la disparition forcée de Marina

les procédures suivantes sont engagées : civiles en France,

pénales, civiles et administratives en Lituanie.