Ostrovets-Astrava la centrale a des gaz

Ligne de temps du Bélarus


l

Les deux opposants à l'Est : Svetlana au Bélarus et Alexei en Russie


Le concert des doubles langages

@tutbylive


On asssiste, actuellement, à un étonnant concert de double langage entre la Russie, ses satellites, et l'Europe. Hier 15 octobre, Putin faisait donner son personnel comme à son habitude selon la technique dite de la voix de son maître. Lavrov mettait les exigences au sommet. Renoncez aux sanctions et la Russie verra ce qu'elle doit faire. Des propos que tenait Hitler en 1938. Propos repris en choeur par Zakarova, puis ensuite par Peskov. Alors qu'une instance belarusse amendait de 410 euros belNPP pour fonctionnement de centrale atomique sans licence, cette fois, le 10 octobre, c'est la Lituanie qui conseille à ses citoyens via le Baltic New Service, BNS, de ne pas s'inquiéter des flatulences radioactives de la Centrale d'Ostrovets. C'est normal ces échappements gazeux. Tellement normal qu'en août, lors de la livraison du matériel fissile, on relevait une élévation anormale de la radioactivité dans les pays baltes. Les poissons mourraient dans le Némunas -Niemen- et les oiseaux se suicidaient en se jetant dans les vitres des fenêtres, articles et photos à l'appui. Pas de quoi paniquer. Au cours du même mois on enregistrait un record de disparitions humaines dans la presse lituanienne, une par jour.Des jeunes aux personnes âgées. Sans que ce soient des crimes mais des fugues. Puis ensuite c'est le développement des cancers. D'origines inconnues. Les écologistes se taisent, et les verts profitent des lambris des ors municipales pour se vautrer dedans. L'argent corrompt tout. C'est bien connu.


ASTRAVA CHRONOLOGIE

5/o8 CHARGEMENT RADIOACTIF SANS LICENCE

11/1O Test sans licence

07/11 mise en fonction selon Lukasencko s'il encore en place l'UE décide sa destitution le 05


lire aussi pollution nucléaire observée en août


astrava 10/10

La vapeur d'une des cheminées échappée de la centrale nucléaire d'Astrava, capturée.

À la centrale nucléaire d'Astrava (centrale nucléaire) en Biélorussie, la vapeur d'une des cheminées était repérée samedi soir par les gardes-frontières lituaniens. C'est le premier cas d'enregistrement d'activité dans une centrale nucléaire à la frontière lituanienne, le BNS était confirmé par le chef de l'Inspection nationale de la sécurité de l'énergie atomique (VATESI), lequel affirme que ce processus ne présente pas de danger. "La centrale est en cours de démarrage, il sera nécessaire de s'habituer à cette vapeur", pas du tout ,déclarait samedi à BNS le chef de VATESI Mikhail Demchenko. «Au fur et à mesure des lancements, peut-être qu'un peu de vapeur est sortie. Ça continue, ça aide à travailler », dit-il. Selon M. Demchenko, aucun rapport de telles vapeurs n'était reçu à ce jour, mais il ajoutait que cela fait partie du processus technologique, afin de rassurer, et que ces vapeurs seront vues de plus en plus souvent lorsque la centrale nucléaire d'Astrava sera opérationnelle. Il a également affirmé qu'aucun rapport de modification du fond de rayonnement n'était enregistré en Lituanie. Un permis pour des expériences physiques au niveau minimum contrôlé dans l'unité 1 de la centrale nucléaire d'Astravo était annoncé vendredi (dépenti par un jugement d"une instance bélarusse. Les gardes-frontières lituaniens ont capturé la vapeur provenant de la centrale nucléaire d'Astrava samedi soir, déclarait Rustamas Liubajevas, le chef du service des gardes-frontières de l'État, au BNS. «Avec les moyens disponibles, les responsables du SBGS ont mesuré le fond et il est resté inchangé. "Nous avons transmis toutes les informations sur les témoignages et les observations aux différentes institutions par les canaux établis", a-t-il dit. Selon les données publiées par l'Agence de protection de l'environnement, des doses faibles et très faibles de rayons gamma sont actuellement enregistrées à la frontière avec la Biélorussie. VATESI a précédemment annoncé que les travaux de démarrage de la centrale nucléaire se poursuivront sans résoudre tous les problèmes de sécurité. La Lituanie critique la sécurité du projet nucléaire d'Astrava et est prête à boycotter l'électricité de la centrale. La Biélorussie rejette les critiques.


L'UE impose des sanctions à six fonctionnaires russes 15/10

L'Union européenne (UE) impose des sanctions à six responsables russes, ainsi qu'à un organisme de recherche, pour l'empoisonnement du chef de l'opposition Alexei Navalny, rapporte le quotidien anglais The Independent. La liste, publiée dans le journal officiel du bloc, comprend des hauts fonctionnaires. La liste noire comprend Alexander Bortnikov, chef du service fédéral de sécurité russe, et ancien Premier ministre, premier vice-chef de l'administration présidentielle Sergueï Kirijenko, ainsi que les vice-ministres de la Défense Pavel Popov et Alexei Krivoruchka, l'envoyé présidentiel Sergei Menjaila et le responsable du Kremlin Andrei Yarin. Les sanctions gèlent leurs actifs financiers dans les banques européennes et leur interdisent de se rendre dans l'UE. La liste comprend, entre autres, l'Institut national de recherche sur la chimie et la technologie organiques. M. Navalny a été empoisonné le mois dernier. Il a perdu connaissance lorsqu'il volait de Tomsk à Moscou. Quelques jours après son hospitalisation à Omsk, il était emmené à Berlin. Selon l'Allemagne, les tests toxicologiques "prouvent sans équivoque" que A. Navalny a été empoisonné par la substance qui paralyse les nerfs "Novičiok".


Kremlin: l'UE nuit aux relations avec la Russie

La Russie affirmait jeudi que l'Union européenne (UE) nuisait aux relations avec Moscou en imposant des sanctions aux hauts conseillers du président Vladimir Poutine. L'UE impose des sanctions à six hauts responsables russes ainsi qu'à une organisation pour l'empoisonnement du chef de l'opposition russe Alexei Navalny jeudi. "Avec cette mesure, l'UE endommage les relations avec notre pays",  déclare Dmitri Peskov, un porte-parole du Kremlin. Il a qualifie cette "décision délibérément hostile de l'UE" en promiant que la Russie ripostera. D. Peskov soutient en outre l'absence de logique d'une telle démarche.


en sens inverse

G. Nausėda: la situation au Bélarus ne change pas, l'Europe doit envisager des sanctions -kauno diena 15/10

Lukasencho promet de satisfaire bientôt les exigences de l'Union Européenne






Sic transit opéra Mundi ad astra 007

ré-écriture claude thebaut copyright 2020 reproduction interdite©10/2020



en ligne le 16 octobre 2020


@tutbylive