soutien au Comité de l'Opposition du Bélarus en Français









l

Rendons hommage au photographe de Minsk pour sa photo de Nina Baginskaya


portrait de Nina



@tutbylive

@belsat_TV




Les Tromperies du 5 novembre 2020



Le mot tromperies au pluriel désigne plusieurs faits survenus au cours de cette journée.Tout d'abord électoralement. Deux publications matinales se rapportant aux élections du 9 août 2020 nous font douter du leadership de Sveta. Tout d'abord des groupes locaux se livraient au comptage des voix et publiaient leurs résultats. Sauf que les pdfs étaient inaccessibles. Puis vers midi l'OSCE livrait son rapport dénonçant les trucages électoraux de l'été. Un document de 58 pages non mis en ligne. Encore fois, lorsqu'aucune pièce ne vous est fournie, afin de vous faire une idée, il est préférable de douter des dires. Nous ne retenons que l'usage de l'invariant de Pareto 80/20 détourné en 80/10 par l'usurpateur de Minsk. Un mot sur l'emploi du mot usurpateur. Le mandat d'Aliaxandre le petit prenait fin le 5 novembre. Selon des sources que twitter nous permettait de consulter. Ce qui signifie que ce matin 6 novembre, Lukasencko n'a plus de légitimité. Il se maintient en détournant l'appareil d'Etat du Bélarus à son profit personnel. Saluons le courage de l'ambassadeur du Bélarus en Argentine. Lequel démissionnait de son poste en refusant de servir un régime illégitime le 3 novembre. Il est le seul à agir ainsi, en se privant de son traitement, et des commodités de sa fonction. Voila un homme de conviction qu'il conviendra de récompenser à la hauteur de ses mérites le moment venu.


Sans détournement de la fonction statistique de l'invariant de Pareto nous ne croyons pas au résultat de Svéta, aussi sympa soit-elle. Nous avons lu quelques brouillons de son programme constitutionnel, lequel parait faible. Un étudiant en droit de première année de Faculté ferait mieux. Il y a du travail.


Autre tromperie détectée: Astrava. Le ministre Lituanien cachait dans ses propos l'état de dépendance de son pays du Bélarus. Le principal acheteur d'énergie pour 77 millions d'euros en 2020 c'est la Lituanie. Une question se pose sans recevoir de réponse satisfaisante. Le Bélarus est en position de surproduction d'électricité. La Lituanie, forcée en 2004 de démonter sa centrale atomique d'ignalina en entrant dans l'Europe est désormais dépendante. Il résulte de cette situation que l'atome militaire remplacera rapidement l'atome civil fournisseur d'électricité. Astrava est financé par la Russie de Putin. Cela signifie que Putin dispose autour de la Russie des centrales atomiques pour un usage à venir rapide. La Russie perdait l'Ukraine avec la centrale de Tchernobyl, remplacée par Astrava au Bélarus. L'Europe devra assurer seule sa sécurité nucléaire, sans compter sur l'Otan.


La dernière tromperie du jour est le fait de notre méprise, sur la base d'un communiqué nocturne de tut.by se rapportant à la perquisition, non explicitée, du logis de l'activiste Nina Barginskaya, 73 ans,la première opposante de Minsk bien avant Svéta. L'émoi causée par l'information inattendue nous faisait alerter Twitter. Excusez nous!


L'appartement de Nina Baginskaya nuitamment perquisitionné

publié 5 novembre 2020 à 20:10

mis à jour: 5 novembre 2020 à 22:25

Ekaterina Panteleeva


Jeudi soir, l'appartement de la célèbre militante Nina Baginskaya était nuitemment perquisitionné pour un obscur motif. Comme l'expliquait la fille de l'activiste, "ils" sont venus voir la petite-fille de Nina Baginskaya, Yana. Le Département municipal des affaires intérieures du Comité exécutif de la ville de Minsk déclarait que la maison de Baginskaya était fouillée par des policiers avec l'accord du procureur.Baginskaya vit avec sa petite-fille Yana et son fils Pavel. Quand la sonnette sonna, elle était seule dans l'appartement.

«Trois personnes portant des masques noirs sont entrées», se souvient Nina sur ces événements. - Ils montraient un papier pour la perquisition. J'ai dit que cet appartement n'était pas le mien (les propriétaires sont le fils et la fille de la femme) et je ne peux pas vous laisser entrer. Ils ont effrontément commencé à me repousser. Je n'aimais pas ça, puis ils ont fermé la porte. J'ai commencé à frapper sur la porte en criant: "Voisins, sauvez-moi."

Plus tard, Nina appelait sa fille Alesa - elle est venue voir sa mère. Selon Alesya, on lui a montré le mandat de perquisition. Celui-ci, selon l'interlocuteur, comportait plusieurs articles. dont elle ne se souvient plus. Elle n'était pas autorisée à photographier le document."Ce n'est pas que Yana soit dans une affaire pénale, mais peut-être qu'il y a des choses et des objets non autorisés dans son appartement", explique Alesya. «lors de la perquisition, rien n'était trouvé. Aucun membre de la famille de Nina Baginskaya n'a été détenu. Cependant, comme des témoins oculaires l'ont dit à TUT.BY, il y avait encore des arrestations. Pendant la fouille, il y avait deux perles (véhicules?) dans la cour. «Ils ont emmené quelqu'un qui était dans la cour», déclaraient des passants.

Dans la soirée, un petit groupe de soutien se réunissait à la maison de Nina Baginskaya, dont des militants de Viasna des Droits Humains. Après que l'activiste leur ait dit ce qui lui était arrivé, les deux perles revenaient(des véhicules) et des personnes masquées en sortaient.

«Personne n'a détenu Baginskaya. Des officiers de la milice ont en effet effectué une perquisition chez elle avec l'accord du procureur », déclarait à Interfax-Zapad Natalya Ganusevich, une représentante officielle du Département municipal des affaires intérieures du Comité exécutif de la ville de Minsk . Selon elle, plusieurs personnes qui se trouvaient près de la maison de Baginskaya étaint emmenées au département de police pour enquête.

Comme nous l rapportait Radio Svaboda rapportait vers 19 heures, des personnes sans marque d'identification faisaient irruption dans l'appartement de Nina Baginskaya. Selon le journal, les responsables de la sécurité déclaraient mener une enquête - l'affaire serait liée à la petite-fille de Baginskaya, qui vit avec elle. Les voisins ont dit que Baginskaya appelait la police pour la défendre des inconnus. Bientôt, environ 10 personnes en noir s'approchaient de l'appartement. L'un des policiers aurait déclaré que Baginskaya l'avait frappé avec un tabouret.

Le 20 octobre, lors de la prise de décisions concernant le personnel, Alexander Loukachenko qualifiiait la militante de 73 ans Nina Baginskaya de personne convaincue et ordonnait de «ne pas l'emmener hors des places». 'énignmatique expression'.

- Ecoute, ne prends pas Nina Baginskaya des places. Si Nina Baginskaya est enlevée, il n'y aura pas d'opposition. Il n'y aura personne pour marcher pour elle », aurait déclaré Loukachenka.

fresque murale selon un tableau de Chagall pour célèbrer Nina à Viteskb


Médias:

l'OSCE annonce l'existence de preuves irréfutables selon lequelles les élections en Biélorussie étaient truquées


agence TASS


Les élections présidentielles au Bélarus présentaient des lacunes évidentes, ne satisfaisant pas aux normes de surveillance du processus électoral car ni libres ni équitables. C'est ce qu'indique le rapport de Wolfgang Benedek, nommé dans le cadre du Mécanisme de Moscou, rapporteur de l'OSCE sur les allégations de violations des droits de l'homme au Bélarus à la suite des élections présidentielles du 9 août 2020. Le rapport était présenté le 5 novembre lors d'une réunion privée du Conseil permanent de l'OSCE. Le correspondant de TASS à Vienne en a eu copie pour en publier des extraits.

«En conclusion générale, il existe des preuves irréfutables que les élections présidentielles du 9 août 2020 étaient truquées, et que les forces de sécurité bélarussiennes commettaient des violations massives et systématiques des droits humains en réponse aux manifestations pacifiques», indique le long document de 58 pages.

«En ce qui concerne la« fraude électorale», l'orateur concluaitt que les élections présidentielles présentaient des lacunes évidentes ne répondant pas aux exigences de base établies sur la base du suivi des élections précédentes», souligne le rapport.

Le rapport note également que les médias de masse et la sécurité des journalistes en Biélorussie font l'objet d'attaques massives.

«La liberté des médias et la sécurité des journalistes font l'objet d'attaques massives, tout comme la liberté de réunion et d'association et le droit à la liberté et à la sécurité. Néanmoins, élections et violations des droits humains sont liées. Sans réformes démocratiques et structurelles, on ne peut pas s'attendre à ce que les réformes juridiques nécessaires produisent l'effet escompté », souligne le rapport.

Conformément au mandat, et sur la base de ces conclusions, l'orateur présentait des recommandations au Bélarus, à l'OSCE et à la communauté internationale, afin  d'aider à résoudre la situation dramatique associée aux élections présidentielles et aux violations massives des droits de l'homme qui en découlent, indique le document. Tout cela a été fait dans un esprit constructif, en tenant compte de l’avenir de la Biélorussie en tant que pays européen où les droits de l’homme sont respectés, où règne la démocratie et l’État de droit, indique le rapport. Ce qui diffère de la situation actuelle.

Il est recommandé à Minsk d'assurer la sécurité de tous les journalistes et de s'abstenir de tout harcèlement lié à l'exercice de leurs fonctions, saisie et endommagement du matériel et du matériel vidéo; promouvoir l'accréditation des journalistes étrangers; s'abstenir d'interférer avec l'accès Internet, y compris le mobile, et mettre fin à la censure et au blocage des sites, et supprimer les restrictions de 70 sites actuellement bloqués. «Offrir des conditions favorables au travail des journalistes et des médias», souligne le rapport.

Rappelons que le mécanisme de Moscou de l' OSCE était appliqué au Bélarus pour la deuxième fois de son histoire : une mission d'experts sera envoyée dans le pays pour étudier la situation des droits de l'homme après les élections présidentielles. C'est la deuxième fois qu'un tel groupe est créé en relation avec la Biélorussie. La fois précédente, la même mesure avait été nécessaire en 2010. TUT.BY expliquait précédemment ce que cela signifiait pour la Biélorussie et où cela mènera.


Aujourd'hui, une marche de personnes handicapées avait lieu à Minsk. Pendant ce temps, pendant leur pause déjeuner, les gens de différentes parties de Minsk sortent avec des drapeaux blanc-rouge-blanc. De leur côté, les plates-formes «Golos», «Zubr» et «Honest People» présentaient le rapport final sur les élections présidentielles au Bélarus. Ils y citent les données des protocoles reçus et traités et parviennent à la conclusion que les élections ont été truquées. Pdf inaccessibles via google.


ASTRAVA

Qui a besoin du surplus d'électricité biélorusse?

Excepté la Lituanie?

La Lituanie cessait d'importer de l'électricité biélorusse immédiatement après que le ministère de l'Énergie du Bélarus annonçait que la première unité électrique du BelNPP était connectée au système énergétique unifié. C'est la Lituanie qui est depuis 2009 le principal, et parfois le seul acheteur de kilowattheures du Bélarus. Il n'y a pas de consommateurs alternatifs d'électricité excédentaire qui se formeraient après le lancement complet du BelNPP.

Selon le Comité national de statistique du Bélarus, au cours des quinze dernières années, il n'y a eu que trois années où le volume des exportations d'électricité du Bélarus vers d'autres pays dépassait l'approvisionnement de la Lituanie. Cela s'est produit au cours de la période 2006-2008. En 2006 et 2008, la Pologne était le leader des achats et en 2007, il n'y avait pas du tout d'exportations d'électricité.

Après 2008, la Pologne a finalement réduit l'importation de kilowattheures en provenance de Biélorussie. Et la Lituanie est arrivée en tête.

En 2009, la Lituanie est devenue le seul acheteur d'électricité du Bélarus, la recevant pour un montant de 435 000 dollars. Au cours des années suivantes, le volume des achats  augmentait. En 2010, ils ont approché 20 millions de dollars, en 2013 ils ont dépassé ce niveau, en 2014 ils ont dépassé 30 millions de dollars et en 2016 - pour 70 millions de dollars. L’année dernière est devenue un record lorsque la Lituanie recevait 77,3 millions de dollars d’électricité du Bélarus. La Lituanie était également en tête de janvier à août 2020, ayant acheté de l'électricité au Bélarus pour 19,3 millions de dollars.

Où est-ce que l'électricité biélorusse a été fournie pendant ces années? Outre la Pologne, vers laquelle les exportations d'énergie sont gelées depuis 2008, il s'agit de la Lettonie, de la Russie, de l'Estonie et de l'Ukraine. Fondamentalement, nous parlons de fournitures pendant les périodes des soi-disant charges de pointe du système électrique uni depuis l'époque soviétique. Et les volumes sont généralement insignifiants - moins d'un million de dollars. Une fois (en 2013 en Lettonie), ils ont légèrement dépassé 1,5 million de dollars.

Une exception est l'exportation d'électricité biélorusse vers l'Ukraine, qui est devenue commerciale au cours des deux dernières années. Les premières livraisons au voisin du sud ont commencé en 2016. En 2016, leur volume s'élevait à 68,8 milliers de dollars, en 2017 - 61,8 milliers de dollars, en 2018 - 67,7 milliers de dollars. En 2019, l'Ukraine a acheté de l'électricité pour un montant de 45,6 millions de dollars, et en janvier-août de cette année, pour 7,7 millions de dollars.

Chez les pros et sans BelNPP

Au cours des trois dernières années, le volume des exportations d'électricité biélorusse a dépassé les importations, même sans les ressources de la centrale nucléaire biélorusse.

Selon le Comité national des statistiques, le tournant est survenu en 2018.

Avant cela, le Bélarus achetait annuellement de l'électricité pour au moins 100 millions de dollars. En 2012, les importations se sont élevées, par exemple, à près de 500 millions de dollars. Les principaux fournisseurs étaient principalement la Russie et l'Ukraine, mais dans la période 2006-2020, la Lituanie, la Lettonie et même (en 2007) la Moldavie apparaissent également.

En 2018, pour la première fois, les exportations d'électricité biélorusse (vers la Lettonie, la Lituanie et l'Ukraine), qui s'élevaient à près de 55 millions de dollars, dépassaient les importations (en provenance de Russie). Le volume de ce dernier était inférieur à 2,2 millions de dollars et l'excédent dépassait 50 millions de dollars.

L'an dernier, l'excédent commercial de l'électricité est passé à plus de 120 millions de dollars. Selon les résultats de huit mois de cette année, les entreprises de génie électrique biélorusse étaient également en territoire positif: les exportations vers la Lituanie, l'Ukraine, la Lettonie et l'Estonie ont dépassé les importations en provenance d'Ukraine, de Russie et de Lituanie d'environ 25 millions de dollars






ASTRAVA CHRONOLOGIE

5/08 CHARGEMENT RADIOACTIF SANS LICENCE et sans contrôle international

11/1O Test sans licence

07/11 mise en fonction de la centrale selon Lukasencko s'il est encore en place, l'UE décide sa destitution le 05 du mois


lire aussi pollution nucléaire observée en août lors du chargement d'Uranium


 

Sic transit opéra Mundi ad astra 007

ré-écriture claude thebaut copyright 2020 reproduction interdite©11/2020



En ligne après le 7 novembre 2020


@tutbylive

@belsat_TV